Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Santé Canada

Direction générale de la santé environnementale et de la sécurité des consommateurs

Direction de la recherche et de la radioprotection

Domaines de recherche

L’ancien Programme de la sécurité des produits aide à réduire les risques pour la santé des Canadiens et des Canadiennes en définissant, en évaluant et en gérant les dangers pour la santé et la sécurité associés aux éléments suivants : produits de consommation, produits chimiques en milieu de travail, nouvelles substances chimiques, produits biotechnologiques, appareils à rayonnement, bruits d’environnement et rayonnements ultraviolets. Le Programme aide les consommateurs et les travailleurs à faire des choix éclairés en ce qui concerne les produits qu’ils achètent ou utilisent. Les services énumérés ci-dessous peuvent accueillir des visiteurs stagiaires intéressés.

Bureau de la protection contre les rayonnements des produits cliniques et de consommation

Domaines de recherche

Le Bureau de la protection contre les rayonnements des produits cliniques et de consommation (BPCRPCC) évalue, surveille et contribue à la réduction des risques pour la santé associés aux différents types de rayonnements émis par certains appareils ou par d’autres sources, incluant :

  • équipement médical et diagnostique (lasers, mammographie, ultrasons, rayons X);
  • équipement industriel et commercial (bruit d’avions, systèmes de rayon X de bagages, stations de base, lignes électriques, radio et émetteurs de TV);
  • appareils électroménagers et équipement personnel (téléphones cellulaires, indicateurs de laser, fours à micro-ondes, baladeurs, outils électriques, véhicules routiers, équipement de bronzage, moniteurs de télévision et d’ordinateur);
  • sources environnementales et de lieu de travail (centres de recherches nucléaires, rayonnement solaire ultraviolet).

En tant qu’élément de Santé Canada, le BPCRPCC:

  • mène des recherches sur les effets biologiques des rayonnements au milieu professionnel et environnemental;
  • développe de meilleures méthodes pour la dosimétrie de rayonnements;
  • fournit des inspections de sécurité sur les rayonnements dans des instituts réglementés au niveau fédéral contenant des dispositifs émettant des rayonnements, ces dispositifs eux-mêmes, aussi bien que la formation sur le fonctionnement approprié des dispositifs;
  • développe des règlements, des directives, des normes et des codes de sécurité;
  • fournit des conseils et collabore avec d’autres services gouvernementaux, agences, industries, et le grand public;
  • assure que la population canadienne est protégée en vertu des dispositions de la Loi sur les dispositifs émettant des radiations, de la Loi sur les aliments et drogues, du Code canadien du travail, des normes du Conseil du Trésor et de toute autre entreprise gouvernementale.

Personne-ressource

Robert P. Bradley
Directeur
Tél. : 613-954-6701
Téléc. : 613-952-7584
Courriel : robert_p_bradley@sc-hc.gc.ca

Bureau de la protection contre les rayonnements des produits cliniques et de consommation
IA : 6302C
2e étage, pièce 244, Immeuble de la radioprotection
775, chemin Brookfield
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Bureau de la radioprotection

Domaines de recherche

Le mandat du Bureau de la radioprotection est de favoriser et protéger la santé des Canadiens en évaluant et en gérant les risques associés à l'exposition aux rayonnements dans des milieux de vie, de travail et de loisirs.

Les fonctions particulières du Bureau sont les suivantes :

Travaux de recherche en physique et en chimie réalisés en collaboration avec divers partenaires afin d’étudier les risques pour la santé associés aux rayonnements et à la radioactivité dans les milieux naturels, les domiciles et les milieux de travail; conception, évaluation et utilisation de matériels servant à détecter des accidents nucléaires ou radiologiques, des essais d’armes nucléaires et le transport ou l’utilisation illicites de sources de rayonnements; recherche sur l’identification des sources et le transport atmosphérique à partir de rapports isotopiques; mise au point de techniques d’évaluation rapides, sensibles et précises des radionucléides dans l’environnement et l’organisme; études sur l’absorption et le métabolisme des radionucléides par l’humain, les modèles des dommages cellulaires causés par les rayonnements et l’épidémiologie; études épidémiologiques et exécution de programmes d’assurance de la qualité.

Personne-ressource

Jack Cornett
Directeur
Tél. : 613-954-6647
Téléc. : 613-952-9071
Courriel : jack_cornett@sc-hc.gc.ca

Bureau de la radioprotection
IA : 6302A
2e étage, Immeuble de la radioprotection
775, chemin Brookfield
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Bureau des sciences de la santé environmentale et de la recherche

Domaines de recherche

Le mandat du Bureau des sciences de la santé environnementale et de la recherche est de réduire les effets néfastes de l'exposition environnementale sur la santé des Canadiens en misant sur la recherche, la surveillance, le suivi, les études épidémiologiques et la planification d'urgence.

Les fonctions particulières du Bureau s'énoncent ainsi :

  • Mettre en œuvre le cadre de recherche sur les environnements sains, recueillir des données l'appui des programmes de réglementation et assurer le transfert et l'application des connaissances scientifiques issues de la recherche aux politiques.
  • Caractériser l'exposition humaine aux substances novices grâce aux mesures directes et l'application de bio-marqueurs pour identifier les contaminants environnementaux, mesurer leurs quantités, comprendre les mécanismes de formation et d'exposition, définir les sources d'exposition et valider les stratégies correctives.
  • Établir les dangers possibles des contaminants environnementaux en ayant recours des études toxicologiques et mécanistes.
  • Effectuer des études de population pour comprendre les liens entre l'exposition aux contaminants environnementaux et leurs effets sur la santé humaine, et pour établir des rapports entre les résultats expérimentaux en laboratoire et la maladie humaine.
  • Déterminer quelles sont les populations vulnérables, ainsi que les facteurs génétiques, physiologiques et environnementaux qui augmentent leur susceptibilité.
  • Mettre au point, aux fins de la recherche et des essais, des outils plus précis et efficaces pour mieux définir les dangers en évaluant et en perfectionnant les méthodes actuelles et en ayant recours aux nouvelles technologies.
  • Fournir, l'échelle nationale et internationale, des conseils experts sur la tenue et l'interprétation des études et essais axés sur la santé et l'environnement.
  • Offrir des services d'intervention en cas d'urgence chimique l'échelle du Programme de la sécurité des milieux et coordonner les activités connexes l'échelle du ministère, ainsi qu'au niveau national et international.

Personne-ressource

Dr. David Blakey, Ph. D.
Directeur
Tél. : 613-957-3966
Téléc. : 613-957-3952
Courriel : david_blakey@sc-hc.gc.ca

Bureau des sciences de la santé environnementale et de la recherche
IA : 0801 B3
1er étage, Centre de l’hygiène du milieu
50, promenade Colombine
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Direction générale des produits de santé et des aliments

Direction des aliments

La Direction des aliments est le principal organisme de réglementation et décideur en matière d’innocuité des aliments. Elle établit les politiques, les règlements et les normes liés à la sécurité alimentaire et à la qualité nutritionnelle des aliments, que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) met à exécution.

La Direction des aliments tire son mandat clair de la Loi sur les aliments et drogues et de son règlement, de la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments et de la Loi sur le ministère de la Santé. Plus de 400 employés dans l’ensemble du Canada mènent diverses activités visant à assurer la sécurité et la qualité nutritionnelle des aliments au Canada, dont les suivantes :

  • effectuer des travaux de recherche scientifique;
  • effectuer des évaluations des risques et des avantages pour la santé;
  • élaborer des politiques, des normes et des lignes directrices;
  • évaluer les demandes de l’industrie de fabrication de produits alimentaires;
  • fournir de l’information afin que les Canadiens puissent prendre des décisions éclairées concernant les produits alimentaires et leur alimentation;
  • appuyer et gérer toutes les activités de la Direction;
  • évaluer l’efficacité des activités de l’Agence canadienne d’inspection des aliments liées à la sécurité alimentaire.

La Direction des aliments s’intéresse principalement aux domaines suivants :

  • l’amélioration du Système canadien de sécurité des aliments;
  • la qualité nutritionnelle et la salubrité des aliments;
  • les pathogènes d’origine alimentaire;
  • les nouveaux pathogènes et les maladies des prions;
  • les incidences sur la santé des contaminants environnementaux et des produits agrochimiques d’origine alimentaire;
  • le programme de contrôle et de surveillance des aliments;
  • les allergènes alimentaires;
  • les substances toxiques naturelles dans les aliments;
  • la nutrition et les allégations d’étiquetage;
  • les incidences sur la santé des additifs alimentaires, du conditionnement et de la transformation par induction chimique;
  • les nouveaux aliments/processus et innovations;
  • les fournisseurs uniques d’aliments destinés à des groupes vulnérables.

Toutes les activités de recherche effectuées à la Direction des aliments font partie d’un programme intégré d’interventions et d’information à l’intention des Canadiens. La recherche appuie les politiques, l’établissement de normes, la surveillance et l’évaluation des risques en matière de santé publique. Les activités de recherche et scientifiques connexes sont menées dans diverses régions de la Direction des aliments dans l’ensemble du Canada. Voici une description de leurs activités.

Bureau d’innocuité des produits chimiques

Division de la recherche sur les aliments

Domaines de recherche

La Division de la recherche sur les aliments du Bureau d’innocuité des produits chimiques s’acquitte d’un vaste éventail d’activités de recherche se rapportant à l’identification, à la caractérisation, à la distribution et à l’origine des produits chimiques qui peuvent présenter un danger pour l’approvisionnement.

Les principales activités de la Division consistent à élaborer des méthodes d’analyse pour de tels produits chimiques; à effectuer des enquêtes pour déterminer les niveaux de contamination des aliments et l’étendue de celle-ci; et à effectuer des enquêtes nationales pour déterminer le niveau d’exposition des humains à ces produits chimiques. Parmi ces enquêtes notons l’Étude sur l’alimentation totale et l’Étude du lait maternel.

Le programme de la Division est mis en œuvre en étroite collaboration avec la Division de l’évaluation du danger des produits chimiques pour la santé, les laboratoires alimentaires régionaux de la DGPS, la Division de la recherche toxicologique ainsi que l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Personne-ressource

Dr Don Forsyth
Chef
Tél. : 613-946-9680
Téléc. : 613-941-4775
Courriel : don_forsyth@sc-hc.gc.ca

Division de la recherche sur les aliments
IA : 2203C
Immeuble Sir Frederick G. Banting
3e étage, pièce C303
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division de la recherche toxicologique

Domaines de recherche

La Division de la recherche toxicologique a pour responsabilité d’identifier et d’examiner les dangers potentiels pour la santé associés aux contaminants chimiques, notamment les substances toxiques naturelles dans les aliments, les produits chimiques d’origine environnementale qui entrent dans la chaîne alimentaire, ainsi que les additifs alimentaires. La Division effectue des études sur les effets cancérigènes, mutagènes, tératogéniques et autres effets nocifs possibles de ces produits chimiques, y compris les effets sur le comportement et le système immunitaire.

Personne-ressource

Dre Rekha Mehta
Chef
Tél. : 613-957-0988
Téléc. : 613-941-6959
Courriel : rekha_mehta@sc-hc.gc.ca

Division de la recherche toxicologique
IA : 2202D1
2e étage, Immeuble Sir Frederick G. Banting
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Bureau des sciences de la nutrition

Domaines de recherche

Le Bureau des sciences de la nutrition est composé de deux divisions : la Division d'évaluation de la nutrition et la Division de la recherche sur la nutrition, qui travaillent de concert dans quatre programmes principaux : étiquetage nutritionnel et allégations, qualité nutritionnelle et sécurité, « aliments spéciaux » destinés aux groupes vulnérables et surveillance et contrôle de la qualité des aliments.

Le travail est effectué à partir de This link will take you to another Web site recherches sur la nutrition et sur le métabolisme; le développement de politiques, de lignes directrices et de règlements sur la nutrition; le This link will take you to another Web site développement et l'évaluation de méthodes analytiques; la collecte et l'évaluation d'This link will take you to another Web site information sur les éléments nutritifs; la collecte et l'évaluation de la This link will take you to another Web site consommation alimentaire et de l'état nutritionnel des Canadiens.

Des conseils scientifiques sur la nutrition sont fournis aux autres ministres fédéraux et provinciaux, aux organisations de santé et d'éducation non gouvernementales, à l'industrie alimentaire et aux consommateurs. Des relations étroites sont entretenues avec les autorités provinciales et internationales sur la nutrition.

Personne-ressource

Division de la recherche sur la nutrition
Bureau du Chef
a/s Alleya Marson
Tél. : 613-957-0919
Téléc. : 613-941-6182
Courriel : BNS-BSN@hc-sc.gc.ca

Division de la recherche sur la nutrition
LA : 2203E
Immeuble Sir Frederick G. Banting
3e étage, pièce E325
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario) K1A 0K9

Bureau des dangers microbiens

Division de la recherche microbiologique

Domaines de recherche

Le principal objectif du Bureau est de minimiser les risques pour la santé publique liés à la consommation d’aliments contaminés par des agents bactériologiques ou viraux, des parasites ou des prions.

La Division de la recherche microbiologique (DRM) contribue à l’inocuité microbiologique de l’approvisionnement alimentaire canadien en fournissant des données expérimentales et une expertise afin d’appuyer l’élaboration de politiques, de directives, de normes et de règlements fédéraux.

La Division se concentre principalement sur les pathogènes viraux et parasites et les bactéries d’origine alimentaire à risque élevé. Les bactéries d’origine alimentaire comprennent la Salmonella, la Clostridium botulinum, la Listeria monocytogenes, le Vibrio, la Shigella, l’Escherichia coli et la Campylobacter, de même que l’Aeromonas et l’Enterobacter sakazakii. On y effectue également des recherches sur les agents viraux tels que les norovirus, le virus de l’hépatite A et autres virus entériques et les agents parasites tels que le Cryptosporidium, le Cyclospora et la Giardia.

Les technologies utilisées dans la recherche courante englobent la microscopie, les techniques classiques et les technologies moléculaires de pointe, telles les PCR en temps réel et les microréseaux.

Les données expérimentales ainsi que les données sur les sondages de la DRM figurent de manière évidente dans l’élaboration de nouvelles politiques et normes alimentaires, d’évaluations qualitatives et quantitatives des risques, et la promulgation de règlements permettant de s’assurer de l’inocuité microbiologique de l’approvisionnement alimentaire canadien.

La DRM s’intéresse notamment au dépistage, à la croissance, la survie, l’inactivation, la toxigénèse et la caractérisation moléculaire des pathogènes viraux et parasites et des bactéries dans les aliments crus et transformés. Le groupe jouit d’une réputation enviable de renommée internationale dans le développement/la validation de méthodes permettant le dépistage rapide et fiable d’éclosions d’origine alimentaire chez l’humain et de toxines et la validation de technologies pour les précédés de transformation des aliments. La DRM fournit également de la formation aux étudiants de premier cycle et aux diplômés universitaires et aux microbiologistes en visite, en provenance du Canada et de l’étranger. La Division constitue un conseiller important auprès d’organismes gouvernementaux à l’étranger et à l’échelle nationale et des industries alimentaires sur la méthodologie et le dépistage d’agents pathogènes dans les aliments et les procédés de transformation alimentaire.

La DRM élabore des méthodes officielles et des procédures de laboratoire qui sont publiées dans le This link will take you to another Web site Compendium de méthodes de Santé Canada. Ces méthodes de référence sont utilisées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’industrie alimentaire au Canada pour déterminer la conformité des produits à la Loi sur les aliments et drogues au Canada et son Règlement. Actuellement, les ressources humaines au sein de la DRM comprennent des chercheurs scientifiques, des biologistes, et des technologistes. Au cours de la dernière décennie, le groupe a généré plus de 300 articles scientifiques évalués par des pairs, des chapitres de volumes et des présentations livrées à l’occasion de conférences nationales et internationales.

Abrités par la DRM, les Centres de services de référence nationaux sur le botulisme et la listériose au Canada jouent un rôle de premier plan en matière d’enquête et de production de rapports sur les cas de botulisme et de listériose au Canada. La DRM joue également un rôle de premier plan en ce qui concerne le Centre de référence sur la virologie alimentaire, le Réseau de virologie alimentaire et environnementale et le Réseau de parasitologie environnementale et alimentaire nouvellement créé.

L’unité de microscopie électronique de la DRM offre également des services de microscopie optique confocale à balayage à la Direction générale des produits de santé et des aliments, aux clients externes et aux collaborateurs.

Tout récemment, la DRM a mis sur pied un nouveau laboratoire pour les technologies naissantes, telles que la microfluidique.

Personne-ressource

Dr Sabah Bidawid
Chef
Tél. : 613-957-0908
Téléc. : 613-941-0280
Courriel : sabah_bidawid@sc-hc.gc.ca

Division de la recherche microbiologique
IA : 2204E
Immeuble Sir Frederick G. Banting
4e étage, pièce E405
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division des services scientifiques (DSS)

Domaines de recherche

La Division des services scientifiques (DSS) fournit des services des conseils vétérinaires professionnels à la Direction des aliments et à d’autres organismes de Santé Canada, en matière de soins et d’utilisation des animaux de laboratoire. La Division achète et fournit des animaux de laboratoire; elle fournit une installation centrale réservée aux animaux à l’usage des scientifiques de la Direction générale; elle fournit des installations spécialisées et conventionnelles pour diverses espèces d’animaux de laboratoire; elle fournit des installations de confinement pour y effectuer des recherches sur des substances chimiques qui pourraient être infectieuses et dangereuses en utilisant des animaux d’expérimentation; elle fournit d’autres services de soins d’animaux, p. ex., des aires de logement d’animaux de laboratoire, des soins, des manipulations techniques conformément au protocole expérimental, l’élevage d’animaux de laboratoire pour les exigences de projets, elle fournit des souches d’animaux élevés en laboratoire à partir de colonies d’élevage de la DSS; et elle fournit un service de vétérinaire et des services de diagnostic de premier choix.

Personne-ressource

Dre Martha Navarro
Chef de division intérimaire
Tél. : 613-952-8296
Téléc. : 613-941-6625
Courriel : martha_navarro@hc-sc.gc.ca

Division des services scientifiques
IA : 2203B
3e étage, Immeuble Sir Frederick G. Banting
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Direction des produits biologiques et thérapies génétiques

La Direction des produits biologiques et des thérapies génétiques (DPBTG) est l'autorité fédérale canadienne qui réglemente les médicaments biologiques (produits issus de sources vivantes) et les produits radiopharmaceutiques destinés à un usage humain. Au sein de la DPBTG, se trouve la division de recherche du centre d'évaluation des vaccins (CEV), qui poursuit des travaux de recherche afin d'appuyer les activités de réglementation de la DPBTG ainsi que la prise de décisions basée sur des données probantes au sein de Santé Canada.

Centre d'évaluation des vaccins

Domaines de recherche

Les chercheurs du Centre d'évaluation des vaccins (CEV) intègrent la recherche en physico-chimie et en biologie afin de répondre aux questions liées à la réglementation concernant les produits thérapeutiques biologiques fabriqués au Canada ou à l'étranger. Le domaine d'expertise des chercheurs, tels que la virologie, la protéomique et la spectrométrie de masse, les sciences de la séparation, la résonance magnétique nucléaire (RMN), la glycobiologie, la biologie des cellules souches et la nanotechnologie, reflète les priorités de la DPBTG.  Ces expertises sont appliquées à la recherche sur les vaccins, les hormones, les cytokines, les enzymes, les produits sanguins et le sang, les anticorps monoclonaux, les thérapies basées sur les cellules souches et tout autre produit thérapeutique issu de la biotechnologie.  Pour atteindre ses objectifs, le CEV s'appuie sur sa propre expertise scientifique ainsi que sur celle de collaborateurs internes et externes grâce à une approche stratégique et multidisciplinaire. Parmi les thèmes qui font présentement l'objet de travaux, on trouve les méthodes pour l'évaluation de la qualité des produits biologiques, les évènements indésirables associés aux produits biologiques, la durée de conservation et la stabilité de produits biologiques, les produits biologiques ultérieurs (génériques), les thérapies fondées sur les cellules souches, et les systèmes de libération de médicaments nanométriques.

Personne-ressource

Dre Lindsay Elmgren
Directrice
Tél. : 613-957-1061
Téléc. : 613-941-8933
Courriel : lindsay.elmgren@hc-sc.gc.ca

Centre d'évaluation de vaccins
IA : 2201E
1er étage, Immeuble Frederick G. Banting
251, promenade Sir Frederick Banting
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Laboratoires régionaux

Domaines de recherche

Prolongement de la Direction des aliments dans les régions, les bureaux régionaux font partie du réseau national de laboratoires des alimen ts. En plus d’appuyer le programme national en participant à l’élaboration de politiques, à l’établissement de normes et à l’évaluation des risques, ils examinent les enjeux des régions et répondent à leurs besoins de concert avec les partenaires provinciaux et régionaux.

Les laboratoires régionaux des aliments travaillent surtout dans le cadre du programme national de chimie alimentaire, en étroite collaboration avec les bureaux scientifiques de la Direction des aliments dans les domaines de la nutrition et de la sécurité des produits chimiques dans les aliments. Dans ce dernier domaine, ils effectuent la surveillance analytique de produits alimentaires choisis et élaborent des méthodes d’analyse des substances chimiques présentes à l’état de trace et d’ultra-trace dans les aliments. Ils participent également aux enquêtes nationales comme l’Étude canadienne sur l’alimentation totale afin de déterminer l’exposition humaine à ces substances chimiques. Dans le domaine de la nutrition, les laboratoires régionaux participent à des enquêtes nationales, telles que le Fichier canadien sur les éléments nutritifs, à la surveillance des gras trans et à la recherche sur la qualité nutritionnelle et les effets sur la santé.

Le Laboratoire régional du Québec participe également à l’élaboration, à l’évaluation et à la validation de méthodes microbiologiques, en collaboration avec la Division de la recherche microbiologique. En outre, ce laboratoire s’intéresse de plus en plus aux activités liées aux pathogènes émergents.

Personnes-ressources

Région de la Colombie-Britannique et du Yukon

Dre Helen Nicolidakis
Gestionnaire
Tél. : 604-666-3581
Téléc. : 604-666-0626
Courriel : helen_nicolidakis@sc-hc.gc.ca

Opérations de laboratoire
2e étage, Willingdon Green
3155, Willingdon Green
Burnaby (Colombie-Britannique)  V5G 4P2

Région du Manitoba et de la Saskatchewan

Gary Lombaert
Gestionnaire
Tél. : 204-984-2088
Téléc. : 204-983-5547
Courriel : gary_lombaert@sc-hc.gc.ca

Opérations de laboratoire
1er étage, pièce 113-1
510, boulevard Lagimodière
Winnipeg (Manitoba)  R2J 3Y1

Région de l’Ontario

Peter Pantazopoulos
Chef intérimaire, Laboratoire de résidus organiques
Tél. : 416-973-1558
Téléc. : 416-973-1559
Courriel : peter_pantazopoulos@sc-hc.gc.ca

Division des laboratoires des aliments
2e étage
2301, avenue Midland
Toronto (Ontario)  M1P 4R7

Région du Québec

André Fouquet
Chef régional, Ailments
Tél. : 450-928-4205
Téléc. : 450-928-4424
Courriel : andre_fouquet@sc-hc.gc.ca

Direction des aliments
1er étage
1001, rue St-Laurent Ouest
Longueuil (Québec)  J4K 1C7

Agence de la santé publique du Canada

Direction générale des maladies infectieuses et des mesures d'urgence

La Direction générale est structurée comme suit :

  • Direction de l'intégration des politiques, de la planification, des rapports et des relations internationales
  • Centre de mesures et d'interventions d'urgence
  • Centre des maladies infectieuses d'origine alimentaire, environnementale et zoonotique
  • Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses
  • Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses
  • Laboratoire national de microbiologie
  • Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire

Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses

Le Centre de prévention et de contrôle des maladies infectieuses a pour objectifs de réduire la transmission des maladies infectieuses et d’améliorer l’état de santé des personnes infectées. Pour ce faire, le Centre joue un rôle d’orientation national et mène, soutien et coordonne les activités de santé publique liées à la surveillance et à l’épidémiologie, aux enquêtes d’épidémies de maladies infectieuses, à la gestion des risques, à la recherche, à la promotion de la santé, à l’élaboration de politiques en santé publique et aux programmes de prévention et de soins. Le Centre travaille en étroite collaboration avec les provinces et les territoires du Canada, les cliniciens, les laboratoires et les organismes internationaux, afin de soutenir de manière active les programmes internationaux d’élimination de maladies.

Les principaux domaines de programme du Centre sont les infections acquises dans la collectivité, incluant l’hépatite C, les infections transmises sexuellement et la tuberculose, les infections acquises en milieu de soins de santé, l’hémovigilance, les politiques/la coordination/les programmes relativement au VIH/sida, ainsi que les laboratoires du VIH et de rétrovirologie. En outre, l’une des principales activités du Centre est l’élaboration de lignes directrices nationales sur les maladies infectieuses.

Le Centre est structuré comme suit :

  • Bureau du directeur général
  • Division de l’hémovigilance et des infections acquises en milieu de soins de santé
  • Division des infections acquises dans la collectivité
  • Division des politiques, de la coordination et des programmes sur le VIH/sida
  • Division de la surveillance et de l’évaluation des risques
  • Laboratoires nationaux du VIH et de rétrovirologie

Bureau du directeur général

Domaines de recherche

Le Bureau du directeur général donne aux divisions et aux programmes leur orientation stratégique générale et coordonne leurs activités. Il est responsable de trois grandes fonctions stratégiques : planification d’activités, gestion de l’information et des communications et politiques et analyse des programmes. Le Bureau du directeur général surveille également la coordination des affaires du Cabinet assumée par le Centre.

Personne-ressource

Dr Howard Njoo
Directeur général
Tél. : 613-948-6799
Téléc. : 613-946-7528
Courriel : howard_njoo@aspc-phac.gc.ca

Agence de la santé publique du Canada
100, chemin Colonnade
Pièce 211D, IA 6201A
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division de l’hémovigilance et des infections acquises en milieu de soins de santé

Domaines de recherche

Grâce à des activités de surveillance, d’évaluation des risques et de recherche ciblée, la Division de l’hémovigilance et des infections acquises en milieu de soins de santé dirige l’élaboration et la promotion d’une structure nationale de gestion et de politiques afin de réduire les risques de transmission d’agents pathogènes par le sang (y compris les virus de l’hépatite, les prions et les pathogènes émergents), d’incidents transfusionnels et d’infections résultant de la transplantation de tissus et d’organes.

La Section des infections nosocomiales et professionnelles met en œuvre des programmes améliorés de prévention et de contrôle des infections dans les établissements de santé en recueillant, analysant, interprétant et diffusant des renseignements épidémiologiques sur les infections nosocomiales et professionnelles dans la population canadienne, comme la surveillance des infections nosocomiales et professionnelles, les lignes directrices sur la lutte contre les infections, la résistance aux antimicrobiens et la surveillance des piqûres d’aiguilles.

La Section des pathogènes transmissibles par le sang effectue et soutient la surveillance des pathogènes hématogènes, y compris l’hépatite virale et les pathogènes à diffusion hématogène parasitaires ou émergents, ou réémergents. La surveillance est effectuée en collaboration avec le Laboratoire national de microbiologie (LNM). Entre autres tâches de la Section, mentionnons l’évaluation des risques, la prévention et le contrôle des agents infectieux transmissibles par le sang et l’utilisation des produits du sang, des tissus, des cellules et des organes, notamment dans le cadre de thérapies génétiques et de l’utilisation de cellules souches. La Section élabore et soutient activement les réseaux nationaux, les bases de données et les études de recherche, dont bon nombre sont pertinents du point de vue des pathogènes à diffusion hématogène nouveaux ou émergents. Les données découlant de la surveillance sont transmises sous forme de renseignements sur la santé et visent à informer les décisions stratégiques et à soutenir l’élaboration et l’évaluation de stratégies d’intervention ciblées.

L’Unité des zoonoses hématogènes est responsable de la surveillance des activités et de l’élaboration de politiques liées à la xénotransplantation. Elle élabore de nouvelles méthodes d’identification des virus zoophiles transmissibles à des hôtes humains, utiles à des fins de xénotransplantation. Elle surveille l’exposition à ces agents, évalue les mesures d’intervention possibles et, en bout de ligne, formule des recommandations en matière de politiques.

Personne-ressource

Dr Jun Wu
Directeur par intérim
Tél. : 613-941-8575
Téléc. : 613-952-6668
Courriel : jun_wu@aspc-phac.gc.ca

Hémovigilance
1er étage, édifice 6, pièce 1442
100, promenade Eglantine
Pré Tunney, IA 0601E2
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Dr Tom Wong
Directeur
Tél. : 613-946-5700
Téléc. : 613-946-3902
Courriel : tom_wong@aspc-phac.gc.ca

3e étage, pièce 3444, édifice 6
100, promenade Eglantine
Pré Tunney, IA 0603B
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division des infections acquises dans la collectivité

Domaines de recherche

La Division joue un rôle d’orientation national et coordonne les activités de surveillance, les projets de recherche orientée, la formulation de politiques, les lignes directrices nationales fondées sur des résultats, les protocoles d’accord ainsi que les activités de production et de diffusion de renseignements. Elle prône une approche globale de la santé sexuelle et génésique et s’efforce d’assurer l’accès aux services et aux programmes, y compris les services et programmes d’éducation en matière de santé sexuelle, qui aident les Canadiens à améliorer et préserver leur santé sur les plans sexuel, génésique et personnel. La Division collabore avec les provinces, les territoires, des organismes non gouvernementaux et des fournisseurs de soins de santé pour améliorer et préserver la santé sexuelle de la population canadienne en prévenant et contrôlant les infections transmises sexuellement et leurs complications, comme la stérilité ou le cancer.

La Division gère le programme de prévention, de soutien et de recherche pour l’hépatite C (le programme de l’hépatite C). Dans le cadre de ce dernier, elle conçoit, élabore et met en œuvre des projets visant à prévenir la transmission du virus de l’hépatite C (VHC) et offre un soutien aux personnes infectées ou touchées par le VHC. Elle fournit des éléments probants plus solides aux fins de la prise de décisions en matière de politiques et de programmes, renforce la capacité des partenaires de lutter contre une épidémie de VHC et sensibilise encore mieux la population au VHC, tant au pays qu’à l’étranger. De surcroît, la Division est le centre de coordination de l’approche axée sur la population qui vise à lutter contre le VHC. Elle s’efforce d’alléger le fardeau connexe sur le système de santé grâce à des initiatives traitant des risques associés à certains comportements et des questions de réinfection dans le cas des infections transmises sexuellement, des virus à diffusion hématogène et de la tuberculose. Qui plus est, la Division offre un soutien stratégique et des compétences spécialisées en ce qui a trait à l’indemnisation des personnes infectées par l’hépatite C et elle gère et supervise le transfert aux provinces et aux territoires des fonds destinés aux services de soins de santé liés à l’hépatite C.

Enfin, la Division oriente et coordonne la lutte antituberculeuse en collaboration avec des partenaires régionaux, provinciaux/territoriaux, nationaux et internationaux. Parmi les activités principales, signalons l’élaboration de la Stratégie canadienne de lutte antituberculeuse, le financement et la coordination du Comité canadien de lutte antituberculeuse, la rédaction de rapports de surveillance sur les cas de tuberculose et sur les résultats des tests de détermination de la sensibilité aux médicaments antituberculeux. En outre, elle coproduit les Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, en collaboration avec l’Association pulmonaire du Canada et la Société canadienne de thoracologie, coordonne l’évaluation des passagers de lignes aériennes internationales qui ont été en contact avec une personne atteinte de la tuberculose durant le vol, effectue les évaluations ciblées par les commanditaires des activités de lutte antituberculeuse, offre des avis sur les politiques ou programmes et de la formation à d’autres ministères gouvernementaux et appuie l’initiative Halte à la Tuberculose, appelant à la lutte antituberculeuse dans les pays en voie de développement.

Personne-ressource

Dr Tom Wong
Directeur
Tél. : 613-946-5700
Téléc. : 613-946-3902
Courriel : tom_wong@aspc-phac.gc.ca

Division des infections acquises dans la collectivité
IA 1906B
3e étage, pièce 3444, édifice 6
100, promenade Eglantine
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Centre des maladies infectieuses d’origine alimentaire, environnementale et zoonotique

Domaines de recherche

Le Centre met en application une capacité améliorée d’effectuer, à l’échelle nationale, une surveillance (collecte, analyse, interprétation et diffusion des données) et des enquêtes sur a) les maladies d’origine alimentaire et hydrique et b) les maladies d’origine zoonotique (maladies touchant les animaux domestiques ou sauvages qui ont des répercussions sur la santé humaine, comme le virus du Nil occidental). Entre autres tâches de la Division, mentionnons la tenue et la mise au point d’un système national de surveillance de la salubrité des aliments et de l’eau, la prise d’initiatives à l’échelle nationale visant à améliorer la surveillance des maladies entériques et la participation à des activités de surveillance internationale.

Le Centre mène et coordonne des enquêtes sur les éclosions de maladies d’origine alimentaire ou hydrique à l’échelle du Canada et fournit de l’orientation et des conseils aux autorités sanitaires provinciales à la demande de celles-ci; il facilite et coordonne les activités d’analyse et de gestion de risques avec l’aide des partenaires internationaux, fédéraux, provinciaux/territoriaux ou locaux; il mène, soutient et coordonne des recherches ciblées dans des domaines critiques et cerne les risques émergents pour la santé et la sécurité des Canadiens, entre autres ceux liés aux changements climatiques. À l’heure actuelle, le Centre coordonne les mesures d’atténuation des influences environnementales sur les risques de maladies infectieuses.

Personne-ressource

Dr Mark Raizenne
Directeur général
Tél. : 613-948-6883
Téléc. : 613-946-5070
Courriel : mark_raizenne@aspc-phac.gc.ca

Centre des maladies infectieuses d’origine alimentaire, environnementale et zoonotique
IA 6201D
Pièce 034A, 100, chemin Colonnade
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division des politiques, de la coordination et des programmes sur le VIH/sida

La Division des politiques, de la coordination et des programmes sur le VIH/sida travaille de concert avec d’autres ministères et organismes qui participent à l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada relativement à la surveillance et l’évaluation de l’initiative fédérale, les canaux de communications sur le VIH/sida, le marketing social, les programmes nationaux de financement communautaire, l’élaboration de politiques ainsi que sur l’engagement à l’égard de l’assistance technique et les consultations sur les politiques.

Domaines de recherche

La Division est responsable des activités nationales de planification de la recherche et de diffusion des connaissances, de la gestion du Fonds national pour l’échange de connaissances sur le VIH/sida, qui permet de consolider les interventions de première ligne grâce à l’intégration de la diffusion active et continue de renseignements ayant trait au VIH/sida. La Division élabore également le Fonds national de mise à l’essai sur le VIH/sida, dont le but est de démontrer l’efficacité d’interventions novatrices de première ligne.

De plus, la Division appuie l’établissement des priorités de recherche fédérales sur le VIH/sida en dirigeant des recherches stratégiques en vue de surmonter les obstacles à la recherche et à la production d’un vaccin contre le VIH, les microbicides, des tests et services de counselling, par exemple, le dépistage rapide du sida dans les points de service.

Personne-ressource

Nina Arron
Directrice
Tél. : 613-957-1345
Téléc. : 613-952-3556
Courriel : nina_arron@aspc-phac.gc.ca

Division des politiques, de la coordination et des programmes sur le VIH/sida
IA 0601A
1er étage, édifice 6
100, promenade Eglantine
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Centre de l’immunisation et des maladies respiratoires infectieuses

Domaines de recherche

Le Centre de l’immunisation et des maladies respiratoires est le centre d’expertise et de coordination de la préparation et de l’intervention en cas de pandémie, de la grippe saisonnière (annuelle), de la vaccination (p. ex. innocuité des vaccins, approvisionnement en vaccins, recherche, éducation du public et des professionnels, planification, surveillance et évaluation du programme), des maladies pouvant être prévenues par un vaccin et d’autres maladies respiratoires infectieuses; et des nouvelles maladies respiratoires (p. ex. SARS, grippe humaine et grippe aviaire).

Le Centre travaille en collaboration avec des intervenants et des partenaires en vue de gérer et de résoudre efficacement les questions d’intérêt. L’un des objectifs du Centre est de coordonner les efforts visant à réduire ou à éliminer les maladies respiratoires pouvant être prévenues par un vaccin et les maladies respiratoires infectieuses au Canada. En partenariat avec les provinces et les territoires, le Centre est chargé de la surveillance, à l’échelle nationale, de ces maladies, y compris la grippe et le SRAS, de la surveillance des effets indésirables associés à la vaccination et de la surveillance de l’état vaccinal, y compris la mise sur pied d’un réseau de registres d’immunisation. Il offre un appui scientifique et administratif au Comité consultatif national de l’immunisation et au Comité de la grippe pandémique.

En outre, le Centre lance et coordonne des enquêtes sur les épidémies de maladies respiratoires pouvant être prévenues par un vaccin ou de maladies infectieuses au Canada et fournit une orientation et des directives, sur demande, aux autorités provinciales ou territoriales en santé publique en cas d’épidémie de maladies respiratoires pouvant être prévenues par un vaccin ou de maladies respiratoires infectieuses sur leur territoire. De surcroît, le Centre mène, soutient et coordonne la recherche appliquée en santé publique dans les domaines de l’immunisation et des maladies respiratoires infectieuses; il cerne les risques de maladies respiratoires émergentes pouvant être prévenues par un vaccin ou de maladies infectieuses et en informe les Canadiens. Le Centre collabore également avec d’autres gouvernements nationaux et organismes internationaux afin de prévenir ces maladies et de lutter contre elles.

Le Centre est également responsable de la préparation et de l’intervention en cas de pandémie afin de préserver la santé et la sécurité des Canadiens et, à ce titre, il s’efforce d’atténuer les perturbations sociales et économiques des pandémies et de soutenir les améliorations à grande échelle au système de santé publique du Canada. Entre autres activités, signalons la tenue à jour du Plan canadien de lutte contre la pandémie d’influenza dans le secteur de la santé, le maintien de la capacité nationale de production de vaccins pandémiques, la production et la mise à l’essai d’un prototype de vaccin pandémique, la constitution d’une réserve suffisante de médicaments antiviraux, la surveillance, le dépistage et la déclaration de maladies respiratoires inhabituelles, le renforcement de la collaboration avec les provinces et les territoires ainsi qu’avec les gouvernements étrangers, les activités de recherche sur la grippe pandémique, la prestation d’un soutien et d’une expertise techniques sur les questions de santé humaine se rapportant à l’influenza aviaire et l’établissement de partenariats avec des organismes nationaux ou internationaux en vue de consolider la surveillance, la capacité des laboratoires, les préparatifs d’urgence et les communications.

Personne-ressource

Arlene King
Directrice générale
Tél. : 613-948-7929
Téléc. : 613-946-3135
Courriel : arlene_king@aspc-phac.gc.ca

Centre de l’immunisation et des maladies respiratoires infectieuses
IA 6502A
2e étage, pièce 203A, 130, chemin Colonnade
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Laboratoires nationaux du VIH et de rétrovirologie

Domaines de recherche

Les Laboratoires nationaux de VIH et de rétrovirologie mettent leurs connaissances spécialisées approfondies en matière de tests de recherche sur les rétrovirus humains et nouveaux à la disposition de leurs partenaires nationaux ou internationaux. Au nombre de ceux-ci, mentionnons les laboratoires associés aux ministères provinciaux de la Santé, la Canadian Association of HIV Clinical Laboratory Specialists (CAHCLS), la Division de la surveillance et de l’évaluation des risques (DSER) de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les chercheurs universitaires (les épidémiologistes, les spécialistes du comportement, les cliniciens et les scientifiques rattachés à des laboratoires), les laboratoires des hôpitaux et de dépistage sanguin. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les laboratoires de dépistage du VIH à l’étranger. Les laboratoires offrent de l’expertise en matière de services d’analyse de référence pour le VIH/HTLV (Human T-cell leukemia virus) et de programmes nationaux et internationaux d’assurance de la qualité pour la sérologie du VIH, les analyses de charges virales et la numération des lymphocytes.

En outre, les Laboratoires nationaux de VIH et de rétrovirologie élaborent, évaluent et transfèrent des technologies connexes à leurs partenaires nationaux et internationaux et ils offrent une assistance de laboratoire aux programmes de surveillance du VIH et des maladies transmissibles sexuellement en effectuant les tests spécialisés nécessaires aux fins des estimations nationales de l’incidence des infections à VIH, et au Programme canadien de surveillance des souches et de la résistance aux médicaments ayant trait au VIH (PCSSRMV).

Personne-ressource

Dr Paul Sandstrom
Directeur
Tél. : 613-957-0172
Téléc. : 613-957-7258
Courriel : paul_sandstrom@aspc-phac.gc.ca

Laboratoires nationaux du VIH et de rétrovirologie
IA 0603B3
3e étage, édifice 6
100, promenade Eglantine
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Division de la surveillance et de l’évaluation des risques

Domaines de recherche

La Division assure la surveillance, à l’échelon national, du VIH/sida et évalue les tendances temporelles, géographiques et démographiques de l’épidémie de VIH. Elle offre également des renseignements de santé publique sur l’ampleur et les rouages de l’épidémie de VIH/sida au Canada et apporte une aide technique et financière à la recherche et à l’analyse extra-muros, à la recherche ciblée et à l’analyse (entre autres, les enquêtes épidémiologiques). Elle effectue de la recherche et des analyses intra-muros et organise des réunions nationales sur des questions d’importance du point de vue de l’épidémiologie et la surveillance du VIH.

Qui plus est, la Division effectue la surveillance, à l’échelle nationale, des maladies à déclaration obligatoire, procède à des évaluations des risques et établit des modèles et des projections liés aux maladies infectieuses, en prêtant une attention particulière aux risques en voie d’émergence. Elle gère également un réseau régional d’agents de surveillance sur le terrain qui collaborent avec les autorités provinciales ou territoriales afin d’améliorer la distribution et l’exécution des données pertinentes découlant de la surveillance du VIH/sida et des maladies connexes.

Personne-ressource

Dr Chris Archibald
Directeur
Tél. : 613-941-3155
Téléc. : 613-946-8695
Courriel : chris_archibald@aspc-phac.gc.ca

Division de la surveillance et de l’évaluation des risques
IA 0602B
2e étage, pièce 2354, édifice 6
100, promenade Eglantine
Pré Tunney
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire

Domaines de recherche

Le Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire (LLZOA) produit, regroupe et diffuse des renseignements scientifiques à l'aide d'applications et d'outils novateurs. Ces renseignements permettent d'atténuer les risques pour la santé de la population « en amont » qui sont associés à des maladies infectieuses attribuables à l'interface entre les humains, les animaux et l'environnement. Le travail effectué par le laboratoire permet également de ralentir l'évolution des maladies chroniques et infectieuses qui dépendent de la prédisposition génétique de l'hôte et des interactions gène‑environnement. Le laboratoire a mis en place des programmes pluridisciplinaires spécialisés dans le domaine de la microbiologie traditionnelle et moléculaire, la génomique microbienne, la surveillance, l'immunologie, l'évaluation des risques, la modélisation prédictive, les techniques épidémiologiques de pointe, la géographie des maladies, les sciences vétérinaires et la santé publique vétérinaire, les politiques en matière de santé et la bioéthique et la médecine.

Situé à Guelph, en Ontario, le laboratoire possède des succursales à Lethbridge en Alberta et à Saint Hyacinthe au Québec de même qu’au sein du Bureau de la biotechnologie, génomique et santé de la population à Toronto et à Ottawa en Ontario. Grâce à ces installations, il peut mener des projets de collaboration avec les universités, les organismes gouvernementaux (fédéraux et provinciaux) et les partenaires du secteur de la santé publique et de l'industrie en vue de la réalisation des objectifs du programme. Les laboratoires de référence sont agréés par le Conseil canadien des normes. Le Laboratoire de typage de la salmonelle est un laboratoire de référence pour la salmonellose de l'Office international des épizooties (OIE).

Le Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire regroupe les programmes suivants :

  • Déterminants environnementaux et de la population des infections zoonotiques et unité de Saint-Hyacinthe.
  • Résistance aux antimicrobiens en agroalimentaire et en aquaculture et incidence sur la santé des humains.
  • Surveillance intégrée des agents entéropathogènes.
  • Orientation des politiques et évaluation de leur efficacité à atténuer les risques des zoonoses entériques.
  • Établissement de modèles des risques pour la santé.
  • Biotechnologie, génomique et santé de la population.
  • Déterminants liés aux agents pathogènes et aux hôtes.

Personne-ressource

Dr Mohamed Karmali
Directeur général
Tél. : 519-822-5300, poste 235
Téléc. : 519-822-2280
Courriel : mohamed_karmali@aspc-phac.gc.ca

Laboratoire de lutte contre les zoonoses d'origine alimentaire
110, chemin Stone
Guelph (Ontario)  N1G 3W4

Laboratoire national de microbiologie (Winnipeg, Manitoba)

Le Laboratoire national de microbiologie (LNM) est le laboratoire principal des maladies infectieuses de l’Agence de la santé publique du Canada. Il partage les installations du Centre scientifique canadien de santé humaine et animale, un laboratoire situé à Winnipeg, avec le Centre national des maladies animales exotiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

Le LNM regroupe quatre laboratoires nationaux qui sont appuyés par la division des services de base comprenant, entre autres services, le séquençage de l’ADN, l’animalerie et le laboratoire central de décontamination et de nettoyage.

Les quatre laboratoires nationaux sont les suivants :

  • Laboratoire national des zoonoses et des agents pathogènes spéciaux.
  • Laboratoire national de bactériologie et des entéropathogènes.
  • Laboratoire national de diagnostic virologique.
  • Laboratoire national de génétique de l’hôte et des maladies à prion.

Ces laboratoires fournissent au réseau de santé publique du Canada des services experts de tests microbiologiques de référence, de surveillance et de soutien aux enquêtes sur les éclosions. Le Laboratoire national de microbiologie joue un rôle clé dans le domaine de la protection civile en faisant en sorte que le Canada soit prêt à faire face à des incidents de bioterrorisme et d’autres urgences ayant trait à des maladies infectieuses.

En outre, le Laboratoire national de microbiologie exploite deux centres de référence nationaux externes qui fonctionnent selon un régime de partage des frais avec les provinces. Ces centres travaillent dans les domaines de la parasitologie (sérologie) et des streptocoques.

Laboratoire national des zoonoses et des agents pathogènes spéciaux

Domaines de recherche

Le Laboratoire national des zoonoses et des agents pathogènes spéciaux regroupe des programmes de recherche en laboratoire et de surveillance, disséminés dans plusieurs complexes, aux fins du diagnostic, de la surveillance, de la prévention et du contrôle des zoonoses chez les humains.

Le laboratoire effectue des analyses sérologiques et génétiques sur des agents pathogènes transmis des animaux à l’homme. Au nombre de ceux-ci, mentionnons les hantavirus qui provoquent un syndrome pulmonaire et une fièvre hémorragique accompagnée d’un syndrome rénal; les arbovirus qui entraînent des encéphalites; les rickettsies qui sont à l’origine de la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, du typhus endémique, de la fièvre Q, de l’ehrlichiose, des leptospiroses; la bactéries Borrelia burgdorferi qui cause la maladie de Lyme; et Bartonella qui est à l’origine de la bartonellose ou maladie des griffes de chat, de l’angiomatose et d’autres syndromes. On procède à la mise en place de services diagnostiques pour les fièvres hémorragiques exigeant des installations de confinement biologique de niveau 4, (entre autres, le virus d’Ebola, le virus de Marburg et le virus de la fièvre de Lassa qui, s’ils étaient importés au Canada par des voyageurs, pourraient éventuellement provoquer une situation critique en santé publique). Le Laboratoire travaille également à établir des programmes de recherche et de surveillance en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé et d’autres partenaires.

Personne-ressource

Dr Harvey Artsob
Chef
Tél. : 204-789-2134
Téléc. : 204-789-2082
Courriel : harvey_artsob@aspc-phac.gc.ca

Laboratoire national des zoonoses et des agents pathogènes spéciaux
1er étage, Centre scientifique canadien de la santé humaine et animale
1015, rue Arlington
Winnipeg (Manitoba)  R3E 3R2

Laboratoire national de bactériologie et d’entéropathogènes

Domaines de recherche

Le Laboratoire national de bactériologie et d’entéropathogènes regroupe divers programmes de recherche en laboratoire et de surveillance, disséminés dans plusieurs complexes, aux fins du diagnostic, de la surveillance, de la prévention et du contrôle des maladies bactériennes humaines (à l’exception des maladies entériques et des maladies transmissible sexuellement), comme les méningococcies, la tuberculose, les pneumococcies, le tétanos, la diphtérie, la méningite et toute une gamme de maladies causées par des organismes aérobies et anaérobies. Il est chargé de l’identification et de la caractérisation de ces agents pathogènes bactériens à l’origine de maladies potentiellement mortelles. Le Laboratoire a également pour mandat de surveiller l’apparition de la résistance des bactéries aux antibiotiques, un grave problème mondial émergent, particulièrement en milieu hospitalier.

Le programme des entéropathogènes assure la santé et la sécurité de la population grâce à la prévention et au contrôle des agents pathogènes qui sont à l’origine de toxi-infections alimentaires. Ses activités sont axées sur la réduction des risques d’éclosions de toxi-infections alimentaires et visent à faire en sorte que les maladies entériques endémiques soient reconnues comme une priorité au Canada.

Le Programme compte quatre activités principales :

  1. Services de laboratoire de référence national : techniques de laboratoire pour l’identification des dangers et la caractérisation des agents pathogènes d’origine alimentaire et des maladies entériques infectieuses touchant les humains, dont Salmonella, Shigella, E. coli, E. coli O157:H7 (associé à la maladie du hamburger), Vibrio cholerae, Vibrio parahaemolyticus, Listeria, Campylobacter, Helicobacter et Aeromonas.
  2. Surveillance en laboratoire : collecte, mise en forme et diffusion, au pays et à l’étranger, de données sur des agents pathogènes entériques qui sont à l’origine de cas sporadiques et d’éclosions de toxi-infections alimentaires au Canada.
  3. Formation/transfert technologique/collaboration internationale : formation des professionnels de la santé, tant au pays qu’à l’étranger, afin de répondre aux besoins du système de santé publique; fourniture de conseils d’experts techniques et professionnels et soutien aux laboratoires durant les enquêtes sur des éclosions;
  4. Services ciblés de recherche et développement appliqués : soutien important aux laboratoires nationaux de référence aux fins d’identification et de surveillance des maladies infectieuses grâce au perfectionnement de technologies et de méthodes nouvelles. Les responsables du programme doivent relever des défis, dont l’émergence et résurgence de certains agents pathogènes entériques, la résistance aux antimicrobiens, la contamination des produits importés, la mondialisation et les voyages à l’étranger. Ces activités permettent de faire en sorte que la salubrité des aliments fasse partie des priorités en matière de santé au Canada.

Personne-ressource

Dre Lai King Ng
Directrice de la bactériologie et des maladies entériques
Tél. : 204-789-2131
Téléc. : 204-789-2142
Courriel : lai_king_ng@aspc-phac.gc.ca

Laboratoire national de bactériologie et d'entéropathogènes
1er étage, Centre scientifique canadien de la santé humaine et animale
1015, rue Arlington
Winnipeg (Manitoba)  R3E 3R2

Laboratoire national de diagnostic virologique

Domaines de recherche

La Division des maladies virales est un centre d’excellence qui offre des services de référence et de recherche de pointe dans ce domaine. Il est le laboratoire national de référence pour un certain nombre de maladies virales, entre autres, les virus de l’hépatite A et E, les virus respiratoires et l’influenza, les virus qui causent des exanthèmes (maladies s’accompagnant d’éruptions comme le virus de la varicelle et de la rougeole), les maladies virales transmises sexuellement (entre autres, le virus herpès simplex et le virus du papillome humain) et les entérovirus (y compris le poliovirus, les virus Coxsackie et les virus Echo, qui peuvent causer des maladies comme la paralysie flasque, la myocardiopathie, la fièvre aphteuse et la méningite aseptique). Il diagnostique également des maladies attribuables à des éclosions de gastro-entérites virales, de type Norovirus. Parmi celles-ci figurent certaines des maladies virales les plus répandues, les plus nombreuses et les plus menaçantes qui touchent les Canadiens. Le diagnostic et la surveillance de ces maladies sont des éléments essentiels de l’élaboration de stratégies de prévention et de traitement pour les patients (p. ex. stratégies de vaccination) et de la réduction du nombre de cas, d’hospitalisation et de décès attribuables à ces maladies. La Division des maladies virales poursuit des recherches portant sur la biologie moléculaire et l’épidémiologie de ces agents viraux. Outre des recherches appliquées axées sur la mise au point de meilleurs tests de diagnostic, elle mène des recherches fondamentales afin de comprendre la pathogenèse de ces virus.

La Division se compose des sections suivantes :

  • Pathogènes à diffusion hématogène et hépatite
  • Virus de la grippe et virus respiratoires
  • Exanthèmes viraux – virus provoquant des éruptions (varicelle, rougeole, etc.)
  • Microscopie diagnostique et imagerie
  • Maladies virales transmises sexuellement
  • Entérovirus, poliovirus et virus entériques

Personne-ressource

Dr Tim Booth
Directeur
Tél. : 204-789-2022
Téléc. : 204-789-7049
Courriel : tim_booth@aspc-phac.gc.ca

Division des maladies virales
5e étage, Centre scientifique canadien de la santé humaine et animale
1015, rue Arlington
Winnipeg (Manitoba)  R3E 3R2

Laboratoire national de génétique de l’hôte et des maladies à prion

Domaines de recherche

Le Laboratoire national de génétique de l’hôte et des maladies à prion est chargé du diagnostic, de la surveillance, de la prévention et du contrôle des maladies neurologiques et génétiques humaines comme la maladie de Creutzfeldt Jakob, les maladies à prion et les autres affections connexes. Le Laboratoire national vient en aide aux autres laboratoires dans l’application d’épreuves diagnostiques faisant appel à la génétique, y compris des techniques courantes et d’autres méthodes plus avant-gardistes, comme le séquençage de l’ARNr 16S. Le Laboratoire a créé une base de données de toutes les séquences d’ARNr 16S connues, dont celles de plusieurs centaines d’organismes pathogènes atypiques. Cette approche est extrêmement utile pour l’identification et la caractérisation des organismes qui ne peuvent pas être identifiés au moyen des techniques courantes. Des techniques génétiques de pointe sont utilisées pour effectuer des enquêtes sur des éclosions ainsi que sur la génétique des populations à l’aide des techniques de typage et de sous-typage génétiques. Le Laboratoire possède également une banque d’ADN que les chercheurs du Laboratoire et de l’extérieur ainsi que les autorités sanitaires peuvent consulter. Des travaux de recherches appliquées permettent également de développer et de perfectionner des méthodes d’analyse génétique d’organismes potentiellement mortels.

Le Laboratoire national de microbiologie a mis en place le secrétariat du Réseau des laboratoires de santé publique du Canada (RLSPC) afin de faciliter les activités quotidiennes du réseau et d’appuyer ses initiatives continues en matière de santé publique.

Personne-ressource

Dr Mike Coulthart
Directeur
Tél. : 204-789-6026
Téléc. : 204-789-5021
Courriel : mike_coulthart@aspc-phac.gc.ca

Laboratoire national de génétique de l’hôte et des maladies à prion
1er étage, Centre scientifique canadien de la santé humaine et animale
1015, rue Arlington
Winnipeg (Manitoba)  R3E 3R2

Réseau des laboratoires de santé publique du Canada

Domaines de recherche

Le Réseau des laboratoires de santé publique du Canada (RLSPC) est l’un des six groupes d’experts faisant partie du Réseau pancanadien de santé publique. Il a été établi en partie en raison des attaques terroristes du 11 septembre 2001 et des menaces subséquentes liées à la maladie du charbon. En plus d’aborder les préoccupations soulevées par l’augmentation de la fréquence et du caractère potentiellement mortel des agents bioterroristes, il a élargi son champ d’action afin d’inclure d’autres aspects de la santé publique, comme la salubrité de l’eau et des aliments, à la suite des épidémies d’origine hydrique à Walkerton, en Ontario, et à North Battleford, en Saskatchewan.

Il a actuellement pour mandat d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies visant à : coordonner le dépistage des agents pathogènes de même que la prévention et le contrôle des maladies infectieuses; d’assurer une surveillance en laboratoire, entre autres, de mettre en place des systèmes d’alerte rapide destinés à surveiller ou détecter l’émergence ou la résurgence d’agents pathogènes, l’apparition d’organismes antibiorésistants et l’éclosion de maladies; et de parer la menace du bioterrorisme. Le RLSPC assume la responsabilité de préparer les laboratoires à faire face à une pandémie et d’offrir de l’expertise aux fins de la révision continue des procédures de laboratoire figurant dans l’annexe du Plan canadien de lutte contre la pandémie d’influenza. De surcroît, le RLSPC travaille avec les intervenants du programme des laboratoires du Laboratoire national de microbiologie et d’autres intervenants fédéraux ou provinciaux de la santé publique à l’élaboration de normes nationales et d’algorithmes pour les maladies à déclaration obligatoire nationale du Canada et pour d’autres agents infectieux comme les Norovirus.

Le RLSPC porte à l’attention du Ministre, à des fins d’information et de prise de décisions, les questions qui préoccupent les laboratoires de la santé publique au Canada.

Le secrétariat du RLSPC fait partie du Laboratoire national de microbiologie qui finance ses activités.

Personne-ressource

Dr Theodore Kuschak
Gestionnaire
Tél. : 204-789-7045
Téléc. : 204-789-7039
Courriel : ted_kuschak@aspc-phac.gc.ca

Réseau des laboratoires de santé publique du Canada
Rez-de-chaussée, pièce E1029
820, avenue Elgin
Winnipeg (Manitoba)  R3E 3P6

Les gens. La découverte. L'innovation.