Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

À propos du scientifique

Edgar William Richard Steacie

Edgar William Richard Steacie
E.W.R. Steacie

M. Steacie est né le jour de Noël, en 1900, à Montréal. Il y a fait ses études primaires puis est entré au Collège militaire royal de Kingston. Après un stage d'un an dans cet établissement, il s'est inscrit en génie chimique à l'Université McGill où il a obtenu son B.Sc. en 1923. Il a ensuite poursuivi des études supérieures en chimie physique. Il a obtenu son Ph.D. en 1926 et est alors devenu chargé de cours, toujours à l'Université McGill. C'est à cette époque que M. Steacie a commencé à s'intéresser à la cinétique chimique, discipline à laquelle il a consacré toute sa carrière de chercheur. En 1939, il est devenu directeur de la Division de chimie du Conseil national de recherches Canada (CNRC).

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, en plus de s'acquitter de ses fonctions de directeur au CNRC, M. Steacie a été le bras droit de Sir John Cockcroft, responsable du projet d'Énergie atomique anglo-canadien à Montréal. Après la guerre, il a repris activement ses recherches et a rapidement fait de son laboratoire l'un des principaux centres de recherche sur la cinétique chimique. C'est d'ailleurs pendant cette période qu'il a mis sur pied le programme innovateur de bourses de recherches postdoctorales du Conseil, programme qui a si largement contribué à la force vitale des laboratoires du CNRC. En 1950, M. Steacie a été nommé vice-président aux Sciences du Conseil national de recherches Canada et, deux ans plus tard, président du Conseil. Ses fonctions de président du Conseil national de recherches Canada l'ont aussi amené à jouer un rôle de plus en plus important au sein de divers organismes scientifiques internationaux. Ainsi, en 1961, il a été élu président du Conseil international des unions scientifiques.

Au cours de sa carrière, M. Steacie a reçu de multiples distinctions honorifiques. Outre ses nombreux doctorats honoris causa, tant au Canada qu'à l'étranger, citons son élection à plusieurs sociétés savantes. Il a notamment été membre de la Société royale du Canada et de la Royal Society of London, associé étranger à la National Academy of Sciences of the United States, membre étranger de l'Académie des sciences de l'URSS et membre honoraire de la Société de chimie de Pologne et de la Société chimique de Belgique. Il a aussi été président de la Société royale du Canada, de l'Institut de chimie du Canada et de la Faraday Society.

Les gens. La découverte. L'innovation.