Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Transformer le secours aux sinistrés

Une stagiaire postdoctorale déterminée à changer les choses

Caption: Shabnam Jabari (gauche), Yun Zhang (droite)
Photo : Joy Cummings, Université du Nouveau-Brunswick

Une stagiaire postdoctorale de l’Université du Nouveau‑Brunswick (UNB), Shabnam Jabari, est en train de créer une technologie qui promet de changer les choses pour les gouvernements, les organismes d’aide et les premiers répondants du monde entier.

En 2003, alors que Mme Jabari terminait ses études de premier cycle à l’Université de Téhéran, un tremblement de terre désastreux a frappé la ville de Bam, située dans le sud de l’Iran. D’une magnitude de 6,6 sur l’échelle de Richter, il a détruit les maisons et tué des dizaines de milliers de personnes, notamment un membre de la famille d’un ami.

Voulant changer les choses devant cette tragédie, Mme Jabari a commencé à se demander comment utiliser les images satellitaires pour détecter les changements survenus dans les régions touchées par les tremblements de terre. Les travaux de recherche qu’elle a réalisés pour son mémoire de maitrise visaient à cerner les zones de Bam, un site du patrimoine mondial, qui nécessitaient des travaux de restauration.

Avec la technologie précédente, il fallait examiner manuellement les photographies aériennes et les images satellitaires, les balayant pour constater les changements d’une image à l’autre. Les balayages automatiques n’étaient utilisés que pour les images prises du même point de vue, ce qui en réduisait la précision.

La technologie de Mme Jabari balaie automatiquement les images satellitaires provenant de différents points d’observation afin de détecter les changements survenus dans les bâtiments, les paysages urbains et les zones rurales, ce qui permet d’obtenir des résultats beaucoup plus précis.

Prenons comme exemple des secouristes de Toronto qui veulent évaluer les dommages causés dans la ville par une catastrophe naturelle. Auparavant, il fallait à 50 personnes plus d’un mois pour réaliser manuellement cette tâche. Grâce au logiciel de détection automatique des changements, il faudrait à un ordinateur quelques jours pour le faire—et à plusieurs ordinateurs, seulement quelques heures.

Ce logiciel ne sert pas uniquement au secours aux sinistrés; il peut être utilisé par les gouvernements, les organismes d’application de la loi, les assureurs et les urbanistes pour détecter plus rapidement, plus économiquement et plus précisément les changements survenus dans certaines zones pertinentes.

Les logiciels actuellement offerts sur le marché peuvent détecter les changements avec un taux de précision qui varie de 10 % à 70 %; cette nouvelle technologie peut le faire avec un taux de précision de 80 % à 90 %.

Mme Jabari s’est inscrite à l’UNB en 2011 pour terminer son doctorat avec le professeur de télédétection de renommée internationale Yun Zhang.

« Shabnam est une étudiante très intelligente et motivée, affirme M. Zhang, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le traitement d’images en géomatique avancée. Elle a de solides connaissances théoriques; elle comprend rapidement les questions difficiles après quelques brèves discussions et trouve par elle-même des solutions. »

Mme Jabari se réjouit que ses travaux de recherche aient pu être entièrement financés par une partie de la subvention à la découverte qui a été accordée à M. Zhang par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

« L’UNB est l’une des meilleures universités du monde où étudier le génie géomatique, déclare Mme Jabari. Pendant que j’étudiais à cette université, j’ai découvert les auteurs des manuels de référence que j’ai utilisés pour mes études de premier cycle. Ce fut tout un honneur de les rencontrer. »

Même si la phase de la recherche est terminée, Mme Jabari n’envisage pas de ralentir. Elle compte maintenant développer le logiciel à des fins commerciales. Cette année, elle a déposé une demande de brevet et publié deux articles; elle a actuellement un article sous presse et en prépare un autre à des fins de publication en 2017.

Mme Jabari espère qu’un jour, cette technologie pourra facilement être utilisée pour gérer les crises à l’échelle mondiale.

Cet article a été traduit et adapté avec la permission de l’This link will take you to another Web site Université du Nouveau-Brunswick (en anglais).

Les gens. La découverte. L'innovation.