Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Le CRSNG présente 2 minutes avec Jim Ly
Département de génie civil, Université d'Ottawa


Résumé

Titre de la vidéo

2 minutes avec Jim Ly

Auteur

Division des communications du CRSNG

Durée

2:32

Date de diffusion

le 16 juillet 2012

Description

Les ingénieurs chargés de la construction des ponts doivent étudier attentivement les forces de la nature afin de construire des ouvrages qui peuvent résister aux effets de l'affouillement – le processus par lequel les courants d'eau érodent les sédiments qui supportent les fondations des piles de pont.

Jusqu'à maintenant, aucune recherche n'avait été faite sur l'affouillement à la base des piles dans les passages étroits où les ponts sont habituellement construits et où les eaux sont souvent plus turbulentes. Mais cela est en train de changer grâce aux travaux réalisés par l'étudiant diplômé de l'Université d'Ottawa, Jim Ly, lauréat de 2011 du Prix d'études supérieures André-Hamer du CRSNG au niveau de la maîtrise.

2 minutes avec Jim Ly


Transcription
Jim Ly

Je suis en génie des ressources hydriques au Département de génie civil et environnemental.

Mon projet porte sur l'affouillement des piles de pont. À l'heure actuelle, jusqu'à près de 60 p. 100 des ponts sont affaiblis en raison de processus liés à l'hydraulique des rivières, dont l'affouillement fait partie. Il y a affouillement lorsque les sédiments sont mobilisés par l'eau. Soit un bloc quelconque, comme une pile de pont, avec des sédiments autour pour le stabiliser. Quand l'eau le contourne ou qu'elle s'écoule trop rapidement, elle peut mobiliser les sédiments et les emporter. Il se produit alors une certaine érosion et c'est ce qui constitue l'affouillement.

En général, les ponts sont construits dans des passages étroits de manière à économiser de l'argent, car cela coûte moins cher de matériaux. Dans un passage étroit, deux types de processus peuvent en fait entraîner de l'érosion. Il y a d'abord l'affouillement causé par la pile même. Donc l'eau s'écoule en contournant la pile et celle-ci s'érode petit à petit. Puis il y a l'affouillement causé par l'accélération de l'eau là où la rivière devient plus étroite.

J'ai ici un canal jaugeur, ainsi qu'une pile. Cela représente donc la pile d'un pont. Il y a du sable et je fais couler de l'eau dans le système. Ainsi, cela représente assez bien une rivière. On a donc la pile dans la rivière, qui représente simplement un pont dans des conditions normales. Et cette sorte de blocs sur les côtés représente le rétrécissement du cours d'eau.

Des expériences semblables à la mienne ont été réalisées, mais personne n'a vraiment combiné les deux cas, c'est-à-dire un passage étroit d'une rivière dans lequel on construit un pont. Il existe différentes façons d'étudier ces phénomènes, mais elles abordent généralement les deux types d'érosion séparément, soit l'érosion causée par le rétrécissement et celle causée par le pont même. Personne n'a encore étudié ces deux phénomènes pris ensemble, alors que c'est assez commun. Bref, l'affouillement est l'un des facteurs qui font que de nombreux ponts sont mal en point et je considère qu'il s'agit d'un aspect concret de mon projet.

Cette vidéo vous a-t-elle été utile?

Très utile

Peu utile

Inutile

Sans opinion

Commentaires :

Les gens. La découverte. L'innovation.