Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Prix du CRSNG 2017 : Sylvain Moineau

Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique
Université Laval


Résumé

Titre de la vidéo

Prix du CRSNG 2017 : Sylvain Moineau

Auteur

Division des communications du CRSNG

Durée

2:10

Date de diffusion

le 7 février 2017

Description

Sylvain Moineau joue un rôle de premier plan dans le cadre d’une collaboration internationale qui a mené à la découverte d’un système immunitaire adaptatif appelé CRISPR-Cas, qu’on trouve dans environ la moitié des bactéries. Les travaux révolutionnaires de ce chercheur de l’Université Laval ont amené d’autres chercheurs à créer des technologies à partir de ce système, qui est considéré comme « le saint graal du génie génomique ». Le système CRISPR-Cas a depuis été adopté par des milliers de laboratoires dans le monde pour aider les scientifiques à modifier les plus petits éléments de la vie et ainsi trouver des solutions à certains des problèmes les plus pressants dans le monde. M. Moineau est le lauréat du Prix John-C.-Polanyi du CRSNG pour l'année 2017.


Transcription
Sylvain Moineau

Notre laboratoire travaille sur des bactériophages, qui sont des virus spécifiques aux bactéries. Ce sont même les entités biologiques les plus abondantes sur la planète. Il n’y a rien de plus abondant que des virus.

Pour vous illustrer ça, si on prend de l’eau d’un lac dans nos mains, on a plus de virus dans nos mains qu’on a d’humains sur la planète – donc les bactéries sont entourées de virus. Il doit y avoir des mécanismes pour se défendre contre ces virus-là. Et c’est en étudiant la relation phage-bactérie qu’on a découvert que certaines bactéries utilisaient un nouveau système, le système CRISPR-Cas, pour se défendre contre les bactériophages.

À la première étape, un phage ou un virus va infecter une bactérie. Donc le génome du virus va entrer à l’intérieur de la bactérie et la bactérie va utiliser une partie du génome du phage pour l’incorporer dans son CRISPR.

Dans la deuxième étape, le système CRISPR va produire une petite molécule – une molécule d’ARN –, va également produire ces protéines qui vont devenir un système de surveillance à l’intérieur de la cellule.

Et la troisième étape du système CRISPR-Cas s’appelle l’étape d’interférence. Donc la cellule, à ce moment-là, est résistante au virus et, si un virus infecte la cellule, le matériel génétique du virus va entrer dans la bactérie, mais la bactérie va être en mesure de couper cet ADN viral et ainsi détruire le virus.

Suite à la découverte du système CRISPR-Cas, des chercheurs européens et américains ont utilisé des parties du système CRISPR-Cas pour en faire un outil puissant d’édition du génome. Cet outil s’appelle CRISPR-Cas9.

Les gens ne le savent peut-être pas, mais il y a beaucoup de gènes à l’intérieur d’un génome dont on ne connait pas les fonctions. Là, maintenant, on a un outil très puissant où on peut changer le GPS, puis aller vraiment interroger – ou aller couper ou aller muter – une région précise à l’intérieur d’un génome et regarder l’impact que va avoir cette mutation-là sur une cellule.

Ce que j’aimerais qu’on retienne, c’est que la microbiologie est un sujet absolument fascinant, qu’il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir et que maintenant, on a des outils vraiment très puissants pour permettre d’avancer très rapidement.

Cette vidéo vous a-t-elle été utile?

Très utile

Peu utile

Inutile

Sans opinion

Commentaires :

Les gens. La découverte. L'innovation.