Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Réseau canadien des codes à barres ADN

Défi

Le Réseau canadien des codes à barres ADN veut élaborer un système exact, rapide et économique pour identifier les espèces d’après leur ADN. Le codage par codes à barres de l’ADN est une approche génétique normalisée pour cataloguer la biodiversité. Cette approche consiste à créer une banque de référence complète de courtes séquences d’ADN propres aux diverses espèces, obtenues à partir de spécimens de référence identifiés par des experts. Le but premier du réseau est de continuer à rassembler des codes à barres pour les animaux tout en étendant les possibilités du codage à barres fondé sur l’ADN à d’autres organismes eucaryotes, tout particulièrement aux champignons.

Structure du réseau

Le réseau est le premier en son genre, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un projet consacré à l’établissement des codes à barres de l’ensemble des espèces vivantes d’un pays. Il fait appel à des chercheurs et à l’appui financier d’un large éventail d’établissements de l’ensemble du pays. En plus de compter plusieurs partenaires industriels, le réseau lui-même est constitué de près de 50 chercheurs répartis dans 18 universités canadiennes et de sept scientifiques gouvernementaux travaillant dans cinq ministères. Un conseil d’administration gouverne le réseau en collaboration avec un comité consultatif scientifique international et l’équipe de gestion de la recherche du réseau.

Les travaux de recherche effectués par le réseau couvrent un certain nombre de thèmes et sont menés dans un grand nombre des meilleures installations du pays. Ces noyaux de recherche permettent de former du personnel hautement qualifié; le réseau appuiera aussi directement la formation de près de 25 étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux. À mesure que la notoriété du codage à barres et du réseau s’accroît, elle attire la participation d’autres chercheurs réputés et d’organismes d’appui.

Le montant total accordé au réseau en 2005 par le CRSNG se chiffre à 4,9 millions de dollars sur cinq ans. Ce financement appuie l’obtention de codes à barres pour les animaux et les champignons ainsi que la progression des programmes d’analyse et d’informatique qui sous-tendent les activités du réseau.

Objectifs de la recherche

Le codage à barres permettra de faire progresser de façon importante notre capacité d’identifier et de découvrir des espèces et de gérer leurs répercussions sur l’économie et la société. Bien que l’objectif ultime soit de coder toutes les espèces, le réseau vise initialement à établir une base de données de codes à barres pour les organismes canadiens qui sont importants sur le plan économique, social et environnemental.

Animaux – Il faudra établir les codes à barres d’environ 100 000 espèces animales afin de terminer l’étude nationale. D’ici cinq ans, on prévoit établir le code d’au moins 10 000 espèces en insistant sur les organismes nuisibles envahissants, les parasites, les vecteurs de maladies et les groupes d’importance commerciale, comme les poissons.

Champignons – Pour ce groupe, les activités de recherche sont pour l’instant axées sur le codage à barres des pathogènes qu’on sait présents dans les écosystèmes. Les efforts initiaux sont dirigés vers l’évaluation de marqueurs et le développement de méthodes.

Analyse et informatique – On déploie des efforts continus et on consacre des ressources afin d’élaborer des protocoles de laboratoire avancés à rendement élevé, de constituer des bases de données et d’analyser les données.

Résultats

Le Réseau canadien des codes à barres ADN est un partenariat bénéfique qui tire profit des connaissances, des ressources et de l’expertise de nombreux chercheurs, collaborateurs et organismes d’appui répartis à l’échelle du pays. Ce projet contribuera à accroître à la fois la qualité et la notoriété de la recherche canadienne sur la biodiversité. La création de systèmes d’identification d’espèces fondés sur l’ADN contribuera au bien-être économique et environnemental du Canada en augmentant la capacité de gérer les ressources renouvelables et les écosystèmes. Par exemple, l’application des codes à barres fondés sur l’ADN influera beaucoup sur les nombreux domaines qui exigent l’identification rapide et peu coûteuse d’espèces, notamment les pêches, l’aquaculture, la foresterie, l’agriculture, le commerce international, les espèces en péril et la législation en matière de protection de l’environnement.

Personne-ressource

Paul Hebert
Tél. : 519-824-4120
Courriel : phebert@uoguelph.ca
Site Web : This link will take you to another Web site http://www.bolnet.ca


Contactez-nous au 1-877-767-1767

Les gens. La découverte. L'innovation.